6 questions que je considère avant d'ajouter quoi que ce soit à mon placard

Rate this post

Collier Vanessa Cunningham, débardeur JoosTricot et Vintage Levi's

Il y a quelques semaines, j'ai partagé une mise à jour sur mon placard à capsules – une collection qui est restée pratiquement inchangée dans l'année depuis que je l'ai éditée. Le mot clé ici est «principalement». Bien que 95% de mon placard soit le même (sinon plus), il y a aussi quelques pièces que j'ai soigneusement ajoutées. Bien que je n'essaie pas d'arrêter complètement d'acheter des vêtements (pour le moment!), Je veux être plus attentif quand je le fais.

Cette année, j'ai ajouté quelques éléments à mon placard, que j'ai tous évalués à l'aide d'un ensemble de critères qui, je l'espère, m'assureront de conserver et d'utiliser les ajouts pour années plutôt que quelques usures. Non seulement cette méthode est plus respectueuse de l'environnement et plus humaine, mais elle m'apporte vraiment plus de joie et me permet de dépenser plus lorsque je tombe sur un article que j'aime. Voici six questions que je considère chaque fois que j'ajoute une nouvelle pièce à mon placard et comment je les ai appliquées à des achats récents:

C'est évidemment la question la plus importante – et celle qui élimine la plupart des achats potentiels – car la réponse est souvent «non!». Lorsque j'ai créé un placard à capsules, j'ai également éliminé de nombreuses excuses que j'utilisais pour acheter des articles inutiles. Maintenant que je sais que j'ai des jeans que j'aime, une large gamme de t-shirts parfaits et une collection de robes de jour qui durent au-delà du jour de la lessive, il est plus difficile de justifier la phrase: «J'ai besoin de ça».

Alors que je fais parfois des achats à l'envers alors que je fais avoir besoin quelque chose (c'est-à-dire aller en ligne dans le but explicite de trouver une robe pour un événement, lorsque je ne peux pas en emprunter une à un ami), j'essaie d'éviter cette méthode chaque fois que je peux m'en passer. Au lieu de faire des compromis sur une robe qui «fonctionne», je trouve que, de manière organique, je trouve des pièces que j'aime et que je avoir besoin se traduit par des achats plus gratifiants.